Le Trouble du Spectre de l'autisme avec Déficit Intellectuel

Le Trouble du Spectre de l’Autisme avec Déficit Intellectuel fait partie de la catégorie des Troubles du Neurodéveloppement (TND). Cela signifie que, dès la conception, durant la phase embryonnaire, le cerveau va se développer de façon atypique. A la naissance, cela engendrera un développement particulier de certaines compétences (sociales, langagières, attentionnelles, exécutives, mnésiques, etc).

Pour expliquer les troubles autistiques on parle de Spectre. En effet, ce trouble peut se manifester avec une intensité et un retentissement différent selon les personnes : on dit qu’il y a autant de formes d’autisme que de personnes qui vivent avec. Le TSA est caractérisé par deux familles de signes cliniques : un développement qualitativement atypique de la communication et des interactions sociales ainsi que des modes comportementaux, des activités et des intérêts au caractère restreint et répétitif. Depuis peu, les particularités de perception sensorielle ont été incluses dans les critères diagnostic.

La personne qui vit avec un TSA est née avec, même si ses comportements particuliers ont été repérés plus tardivement au cours du développement (après 2 ans). On ne peut pas guérir de l’autisme mais on peut apprendre à mieux vivre avec. Plus le TSA est diagnostiqué tôt, plus il est pris en charge précocement, plus la personne et son entourage améliorent leur qualité de vie et les perspectives d’évolution.

https://www.autismeinfoservice.fr/informer/depistage-premiers-signes

Le déficit intellectuel et adaptatif associé au trouble du spectre autistique va venir complexifier les apprentissages et l’inclusion sociale, scolaire et professionnelle. Il se peut que la personne ne développe pas de langage oral, ou trop peu pour interagir et se faire comprendre. C’est pourquoi, il est primordial d’avoir une prise en charge globale et intensive, afin que la personne acquière une communication fonctionnelle alternative ou augmentative et le plus d’autonomie dans sa vie quotidienne. Les personnes avec TSA ont de nombreux besoins, repérés par la famille et les professionnels mais aussi et surtout des envies et des plaisirs sources d’une grande motivation.

En apprenant à mieux repérer et utiliser cette motivation, on parvient à nouer une relation plus apaisée avec la personne. De, plus, grâce à la structuration spatiale et temporelle, l’environnement devient prévisible et rassurant. Enfin, en la renforçant pour ses nombreux efforts et sa coopération, on la voit évoluer et acquérir de nouvelles compétences fonctionnelles.

En tant que parents, on peut être amené tôt à remarquer des « bizarreries » chez son enfant. Voici une liste non exhaustive des signes précurseurs qui doivent vous alerter :

  • Avant 18 mois :

    • Votre enfant ne vous regarde pas dans les yeux

    • Votre enfant ne tourne pas la tête quand vous l’appelez par son prénom

    • Votre enfant ne babille pas

    • Votre enfant a des difficultés psychomotrices

    • Votre enfant à des troubles du sommeil

  • Autour des 18 mois :

    • Votre enfant semble rechercher des stimulations sensorielles fortes ou au contraire les éviter vivement (bruits, lumière, odeur, goût, toucher)

    • Votre enfant ne porte pas d’intérêt pour les activités que vous lui présentez et s’intéresse à un nombre restreint de jeux ou préfère détourner certains objets du quotidien pour les explorer inhabituellement

    • Votre enfant a des gestes répétitifs (il bas des mains, se balance d’avant en arrière, fait bouger ses doigts devant ses yeux, tape une partie de son corps contre une surface, etc)

    • Votre enfant n’imite pas de gestes simples ou des mimiques

    • Lorsque vous montrer quelque chose, votre enfant ne regarde pas cet item et / ou vous fixe vous

    • Votre enfant ne partage pas de sourires avec vous

    • Votre enfant n’utilise pas le pointage de l’index pour montrer des objets

  • Au-delà de 18 mois :

    • Votre enfant ne prononce que quelques mots isolés ou répète toujours les mêmes sons, mots ou phrases (écholalie)

    • Votre enfant vous instrumentalise en prenant votre main ou votre bras pour attraper des objets

    • Votre enfant ne dis pas « je » et / ou utilise « tu »pour parler de lui

    • Votre enfant a besoin des mêmes rituels pour se sentir rassuré et ne supporte pas les imprévus

    • Votre enfant peut avoir des troubles du comportement intenses (agresse les autres ou lui-même)

    • Votre enfant est en difficulté avec ses pairs dans le collectif (pour initier une interaction et/ou la maintenir)

    • Votre enfant a des difficultés à comprendre les consignes simples

*Quelque soit l’âge, toute régression dans les compétences langagières, relationnelles ou cognitives constitue un signe d’alerte, en l’absence de pathologie neurologique