Le Trouble Disruptif avec Dysrégulation Émotionnelle

Le Trouble Disruptif de Dysrégulation Emotionnelle fait partie de la catégorie des Troubles de l’humeur dépressive. Selon le DSM-5, il s’agit d’un trouble caractérisé (comme le TOP et le TEI) par des crises sévères et récurrentes hors de proportion (en durée et en intensité), en regard de l’élément qui les a déclenchées (provocation) ou de la situation. Ces crises sont à tort appelées crises de colère : en réalité, cela est plus complexe. Il peut en effet s’agir d’une crise de colère survenue en lien avec une frustration momentanée ou s’agir d’une crise générale due à un trop plein émotionnel (ensemble des émotions traitées et accumulées sur la matinée, l’après-midi ou la journée entière).

 

Les débuts des troubles sont typiquement constatés avant les 10 ans de l’enfant. Comme pour le TOP ou le TEI, les premières observations se font vers les 6 ans de l’enfant, lorsque les exigences du milieu scolaire s’intensifient.

 

Les principales caractéristiques diagnostiques du TDDE sont les suivantes :

  • Hétéroagressivité verbale et/ou physique envers des personnes, des animaux

    • Fureur verbale, violence avec dommages

    • Destruction de biens

  • Humeur irritable de façon persistante même entre les crises

 

Les crises surviennent en moyenne 3 fois ou plus au cours de la semaine. L’humeur et les crises de l’enfant /l’adolescent sont constatées au domicile par les parents et la fratrie, mais également sur les autres lieux de vie : à l’école ou au club de sport par les enseignants et les pairs.

Il existe des facteurs de risques individuels à l’apparition d’un TDDE comme la présence d’un TND non diagnostiqué. Le plus souvent, la distinction entre un TDA/H et un TDDE se fait grâce au symptôme d’irritabilité de l’humeur. Les enfants et adolescents avec TDDE peuvent également avoir un profil cognitif rigide avec un trouble exécutif au niveau de l’inhibition et de la flexibilité cognitive.

 

Contrairement au TOP ou au TEI, un TDDE ne peut être diagnostiqué en plus de l’un ou l’autre de ces trouble. De ce fait, lorsque l’enfant / l’adolescent présente des symptômes communs à ces troubles, c’est le diagnostic de TDDE qui est retenu.

Le dépistage précoce de ce trouble permet d’en amoindrir la sévérité : en effet, s’agissant d’un trouble de l’humeur, si le trouble est installé depuis plusieurs mois, l’accompagnement thérapeutique peut nécessiter une prise en charge médicamenteuse. Dans l’accompagnement de la dépression, le psychologue débute le travail thérapeutique avec le rétablissement d’une estime de soi chez l’enfant / l’adolescent et de façon concomitante, ils travaillent ensemble sur l’identification des différents stresseurs sociaux et des émotions qui y sont associées. Enfin, grâce à l’élaboration de scenarii sociaux et de mises en situation, l’enfant / l’adolescent est en mesure d’anticiper le comportement à adopter selon les situations qu’il est susceptible de vivre et qui génèrent classiquement les comportements inappropriés.