Les troubles anxieux

La catégorie des troubles anxieux au sein du DSM-V regroupe 4 troubles principaux : la phobie spécifique, la phobie sociale/anxiété sociale, le trouble anxieux généralisé (TAG), et le trouble panique. Dans l'édition précédente du DSM, le Trouble Obsessionnel Compulsif (TOC) et le Trouble de Stress Post Traumatique (TSPT) étaient également classifiés dans la catégorie troubles anxieux. Ils apparaissent dans la dernière édition parmi d'autres troubles dans les catégories "Trouble Obsessionnel Compulsif et connexes" et "Troubles liés à des traumatismes et des stresseurs".  

 

  • Les phobies spécifiques :

Selon le DSM-V la phobie spécifique se définie par une peur persistante ou une anxiété à propos d’un objet ou d’une situation spécifique (par exemple : prendre l’avion, les hauteurs, les araignées, la vue du sang). L’objet ou la situation phobogène provoque presque toujours une peur ou une anxiété immédiate, est activement évitée ou vécue avec une peur ou une anxiété intense. Cette peur est disproportionnée par rapport au danger réel que représente l’objet ou la situation phobogène. La personne souffrant de phobie spécifique présente une souffrance psychique importante et son fonctionnement social et/ou professionnel va être altéré. Les symptômes de la phobie, à savoir la peur, l’anxiété, l’évitement, et l’anticipation anxieuse sont persistants et présents depuis au moins 6 mois.

  • La phobie sociale / l'anxiété sociale

La phobie sociale, aussi appelée anxiété sociale, se caractérise par une peur excessive, persistante et envahissante de certaines activités sociales ou à de situations de performance où la personne pourrait se sentir observée, embarrassée, humiliée, rejetée ou préoccupée par le jugement des autres. Par exemple: la peur de parler en public ou dans une réunion et la peur de manger en public. 

Par conséquence, une personne souffrant d'anxiété sociale va présenter des symptômes d'anxiété dans la plupart des situations sociales. Elle va chercher à les éviter ou vont être subies avec une peur ou une anxiété intense. Ce trouble va souvent provoquer chez la personne qui en souffre un sentiment de détresse intense qui va entrainer une gêne dans les contacts sociaux ou la vie professionnelle.

  • Le trouble panique et agoraphobie :

Le trouble panique est fréquemment accompagné chez les patient d'agoraphobie. En effet, parfois la persistance du trouble panique va entrainer le développement d'une agoraphobie associée. Cependant ce n'est pas systématique. Les patients peuvent présenter un trouble panique sans agoraphobie. D'autres part, s'ils sont en effet associés, ces deux problématiques peuvent être traitées successivement lors d'une psychothérapie.

Le trouble panique va donc se caractériser par la présence d'attaque de panique (pouvant être appelées communément "crise d'angoisse") récurrentes et inattendues. Une attaque de panique est une montée soudaine et intense d'une multitude de symptômes associés à l'anxiété comme :  

  • tachycardie / palpitations cardiaques / accélération du rythme cardiaque

  • transpiration excessive

  • tremblements ou secousses musculaires

  • sensation de souffle coupé ou l'impression d'étouffement

  • sensation d'étranglement 

  • engourdissements ou picotements  (paresthésie)

  • étourdissements, sensations de vertige ou impression d’évanouissement

  • bouffées de chaleur ; des frissons

  • nausée ou gêne abdominale 

  • sensation d’oppression, comme si la poitrine était comprimée par un poids;

  • déréalisation ( sentiment d'irréalité) ou dépersonnalisation (sentiment d'être détaché de soi) 

  • peur de perdre le contrôle de soi, ou de devenir fou

  • peur de mourir.

La personne souffrant de trouble panique va avoir une crainte persistante d'avoir d'autres attaques de panique et de leur conséquences. Il va donc tenter à tout prix d'éviter leur apparition en modifiant son comportement. 

  • Le trouble d'anxiété généralisée : 

Une personne souffrant d'anxiété généralisée va présenter une anxiété, une inquiétude importante, un souci excessif à propos d'une multitude de sujets, situations, ou activités. L'intensité de l'anxiété ressentie ou sa fréquence sont disproportionnées par rapport à la probabilité réelle ou l'impact de l'événement anticipé. Les préoccupations et l'anxiété sont difficiles à contrôlée pour la personne et va faire l'objet de pensées intrusives fréquentes qui peuvent entraver son fonctionnement social et/ou professionnel. 

  • Le refus scolaire anxieux

La phobie scolaire, le refus scolaire anxieux ou encore l'anxiété scolaire correspond à une aversion plus ou moins sévère de l'école ou du milieu scolaire. Ce trouble se manifeste par le refus de se rendre à l'école et la présence d'autres symptômes associés (manque d'estime de soi, anxiété, comportements hétéro ou auto-agressifs, …).

Dans certains cas, il est difficile de trouver l'origine de ce trouble. Cependant la phobie peut être la conséquence d'une humiliation, soit par un professeur, soit par les autres élèves, de menaces, de racket à l'école, au collège, au lycée, d'une agression, soit dans l'enceinte de l'établissement scolaire, soit sur le chemin de l'école. Le jeune peut également avoir été témoin d'une humiliation ou d'une agression à l'encontre de l'un de ses camarades.

 

La phobie scolaire peut s'exprimer au travers de différents symptômes chez l'enfant ou l'adolescence comme de difficultés d'attention ou de concentration, de maux de ventre, de vomissements, de palpitations, de maux de tête plus ou moins violents, d'une sensation de malaise, de crises d'angoisse, de crises de panique, d'un sommeil perturbé, d'un état de souffrance, de menaces de fugue, voire de suicide.

 

Le psychologue joue un rôle primordial dans le parcours du patient face à ce trouble afin d'éviter sa déscolarisation. Il est indispensable d'agir le plus tôt possible auprès du patient dans le but de trouver les stratégies et méthodes les plus adaptées aux difficultés rencontrées.

Le psychologue pourra proposer des entretiens familiaux afin que le patient puisse évoquer et partager ses difficultés et sa souffrance auprès de sa famille (parents et fratrie).

 

Liens :

 

https://www.filsantejeunes.com/la-phobie-scolaire-6245

 

https://phobie-scolaire.org/